Et si le Royaume-Uni ne quittait pas l’Europe…

Theresa May, jeudi à Bruxelles en compagnie d'Angela Merkel et d'Emmanuel Macron.

Après le référendum sur la sortie de l’UE du 23 mai 2016, Theresa May est marginalisée face à ses homologues européens, qui jouent avec l’hypothèse d’un maintien du pays dans l’Union.

De notre correspondant à Londres

Le Brexit? Circulez, il n’y a rien à voir! Theresa May a bien tenté de mettre la sortie de son pays au cœur du Conseil des chefs d’État et de gouvernement de jeudi et vendredi, à Bruxelles, un an après le référendum. Mais les Européens ont d’autres sujets de préoccupation à l’agenda. Angela Merkel a enfoncé le clou à son arrivée dans la capitale européenne, expliquant que «l’avenir à 27 membres est prioritaire par rapport à la question des négociations avec la Grande-Bretagne sur sa sortie». Et de citer avec insistance «la créativité des nouveaux élans qui viennent de France et d’Allemagne».

La première ministre britannique a donc été priée de résumer en quoi son échec aux élections législatives du 8 juin changeait les choses pour le Brexit en moins d’une demi-heure, entre café et mignardises après le dîner de jeudi soir. Après quoi, elle devait quitter l’assemblée pour la laisser poursuivre …

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...